vendredi 8 juin 2007

Rimbaud ou Verlaine?

C'est la minute poésie, ça ne me prend pas souvent, mais une conversation avec un collègue (ça aussi, ça ne me prend pas souvent, surtout à propos de poésie) me fait poser la question phare : préférez vous Verlaine ou Rimbaud?

Me revient en mémoire un des rares poèmes qui me revienne presque par coeur:

Par les soirs bleus d'été j'irai dans les sentiers
Picoté par les blés fouler l'herbe menue
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds
Je laisserai le vent baigner ma tête nue

Je ne parlerai pas je ne penserai rien
Mais l'amour infini me montera dans l'âme
Et j'irai loin, bien loin comme un bohémien
Par la Nature heureux - comme avec une femme

Et vous, lequel des deux préférez-vous?

Posté par dojam à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


Commentaires sur Rimbaud ou Verlaine?

    faut vraiment choisir...

    Posté par capucineyao, vendredi 8 juin 2007 à 00:45 | | Répondre
  • Verlaine !

    Posté par Aelys, vendredi 8 juin 2007 à 07:41 | | Répondre
  • aie aie le syndrome Nouvelle Star a encore frappé, faut en éliminer un des deux d'ici ce soir ?
    )

    Posté par tirui, vendredi 8 juin 2007 à 09:44 | | Répondre
  • De deux choses lune,
    la seconde c'est le soleil

    Prévert

    les deux me saoulent à quelques exceptions

    Posté par Grand Chéri, vendredi 8 juin 2007 à 11:22 | | Répondre
  • tous les deux!ciao,do

    Posté par mariangela, vendredi 8 juin 2007 à 18:53 | | Répondre
  • Le choix de Sophie

    j'ai une préférence (et une meilleure connaissance, lointaine maintenant) pour Verlaine. Mais Le dormeur du val est l'un de mes poêmes préférés, il est écrit comme un film : nous approchons doucement, découvrons le lieu, admirons sa beauté et soudain, c'est l'horreur.
    Sophie

    Posté par lasourisàplumes, vendredi 8 juin 2007 à 22:55 | | Répondre
  • Rimbaud sans hesiter!!! je cherchais justement de la poesie hier pour faire decouvrir ca a zonzonnette...

    Posté par Melle Zonzon, lundi 11 juin 2007 à 11:01 | | Répondre
  • Du Verlaine sans le savoir

    Tout dire je préfère Beaudelaire mais voici un poème de Verlaine dont le premier vers est passé dans le langage courant (le saviez-vous ?):

    En route mauvaise troupe !
    Partez, mes enfants perdus !
    Ces loisirs vous étaient dus :
    La Chimère tend sa croupe.

    Partez, grimpés sur son dos,
    Comme essaime un vol de rêves
    D'un malade dans les brèves
    Fleurs vagues de ses rideaux.

    Ma main tiède qui s'agite
    Faible encore, mais enfin
    Sans fièvre, et qui ne palpite
    Plus que d'un effort divin,

    Ma main vous bénit, petites
    Mouches de mes soleils noirs
    Et de mes nuits blanches. Vites,
    Partez, petits désespoirs,

    Petits espoirs, douleurs, joies,
    Que dès hier renia
    Mon coeur quêtant d'autres proies
    Allez, aegri, somnia

    Posté par lasourisàplumes, lundi 11 juin 2007 à 22:11 | | Répondre
  • Du Verlaine sans le savoir

    Tout dire je préfère Beaudelaire mais voici un poème de Verlaine dont le premier vers est passé dans le langage courant (le saviez-vous ?):

    En route mauvaise troupe !
    Partez, mes enfants perdus !
    Ces loisirs vous étaient dus :
    La Chimère tend sa croupe.

    Partez, grimpés sur son dos,
    Comme essaime un vol de rêves
    D'un malade dans les brèves
    Fleurs vagues de ses rideaux.

    Ma main tiède qui s'agite
    Faible encore, mais enfin
    Sans fièvre, et qui ne palpite
    Plus que d'un effort divin,

    Ma main vous bénit, petites
    Mouches de mes soleils noirs
    Et de mes nuits blanches. Vites,
    Partez, petits désespoirs,

    Petits espoirs, douleurs, joies,
    Que dès hier renia
    Mon coeur quêtant d'autres proies
    Allez, aegri, somnia

    Posté par lasourisàplumes, lundi 11 juin 2007 à 23:09 | | Répondre
  • C'était donc de lui!
    Mais je trouve que ce blog comence à avoir de la tenue, grâce à vous, je devrais parler de poésie plus souvent...

    Posté par do, lundi 11 juin 2007 à 23:36 | | Répondre
  • Verlaine sans hésiter...
    Au fait, c'est qui Corey ? Je dois avoir une mémoire sélective

    Posté par Belliflora, mardi 12 juin 2007 à 08:03 | | Répondre
  • Choix difficile et qui pousse à la réflexion… En effet que répondrais-je si l’on exigeait que je choisisse entre l’eau et le feu… Je ne choisirais probablement pas et étayerait ce choix de ne pas choisir par une petite explication: ce sont deux éléments indispensables et qui ne se ressemblent en rien. Bien sûr ce c’est pousser un peu loin la métaphore pour parler de deux poètes d’exception mais on n’en est pas si éloigné.
    L’un délicat, musical, mélancolique et évanescent : « un léger peigneur de comètes » comme a dit Corbière pour qui les « sanglots longs des violons de l’automne blessent [son] cœur d’une langueur monotone » et l’autre violent, brutal et exigent qui provoque par images et sensations et qui a « vu ce que l’homme a cru voir ».
    Dur dur de se prononcer, cependant j’ai tout de même un léger penchant pour l’auteur du « Bateau Ivre » parce qu’il ébloui de par sa poésie lumineuse et colorée ou même les « Voyelles » sont peintes. Et puis, il n’y en a pas beaucoup qui peuvent se vanter d’avoir « embrassé l’aube d’été »…

    Posté par Elodie, mercredi 4 juillet 2007 à 15:34 | | Répondre
Nouveau commentaire